Les états d’urgences font redécouvrir la nécessité du Droit

Les états d’urgences font redécouvrir la nécessité du Droit

Avec Dominique Rousseau

Mardi 4 mai 2021
À partir de 18h30
En raison des contraintes liées à la crise de la Covid 19, cette séance aura lieu par Visio-conférence

Vous pouvez vous inscrire auprès de Florence Levasseur

flevasseur@ligueparis.org

 

Nous sommes loin de Valmy, quand la République, menacée, se mobilisait pour défendre son existence, ses libertés, sa citoyenneté ouverte.

Devant les crises, les menaces multiples qui bouleversent nos sociétés, et pas seulement la société française, les réponses politiques pourtant agissent plus sur la peur qu’elles provoquent, et un besoin de protection et de sécurité supposé, que sur la mobilisation citoyenne qu’une démocratie, le pouvoir des égaux, impliquerait normalement. Les limitations de liberté au nom de l’ordre se multiplient, le mode de gouvernement lui-même, très centralisé, parait échapper aux représentants, et pas seulement par le recours aux ordonnances : la fabrication même de certaines lois se fait sous des impératifs d’ordre public ou « républicain ».

Loi sécurité globale, loi sur les séparatismes, etc.. Une laïcité excluante est même appelée à la rescousse, quand les manifestions de minorités risqueraient de fragiliser les pouvoirs, plus que la société. Une certaine conception, étroite, de la société française fondée sur des principes républicains visent en fait à corseter le corps des citoyens, sur la façon de penser, d’être, de s’habiller, voire même de se réunir ou de protester.

L’urgence sanitaire, sans aucun doute nécessaire, fait souvent référence à des injonctions dont la légitimité repose plus sur un bio pouvoir décrété que sur une organisation scientifique, médicale et sociale reconnue par ses délibérations, ce qu’ont bien montré les nombreux couacs depuis les masques jusqu’aux vaccins, aux consignes ou règles variables et parfois mal définies, sans parler des attestations dont nous sommes les seuls au monde à bénéficier.

Notre société n’est-elle pas devenue une société de méfiance? Le droit est un instrument qui peut au contraire installer une confiance mutuelle dans une société démocratique. Sa nécessité n’en devient que plus grande dans ces états d’urgence.

Dominique Rousseau, Professeur de Droit, Constitutionnaliste, nous développera son analyse du temps présent : « Avant, beaucoup critiquaient le Droit, l’Etat de Droit comme des illusions, des masques pour cacher la domination des élites capitalistes. Or, aujourd’hui, toutes les critiques adressées à l’état d’urgence le sont au nom du Droit et tout le monde demande un retour du Droit ».

Bernard Wolfer
Président du Cercle Condorcet de Paris

Dominique Rousseau est professeur de droit et constitutionnaliste. Il a enseigné à Montpellier, où il fut président du Cercle Condorcet. Il est professeur à Paris 1 Panthéon Sorbonne. Il a été membre de l’institut de France et du Conseil Supérieur de la Magistrature. Il a notamment écrit :
La démocratie Continue, LGDJ, Bruylant, 250 p., 1995
Radicaliser la démocratie, propositions pour une refondions, Seuil, Points, 2015

Author: Bernard WOLFER

Président du Cercle Condorcet de Paris